Appel à Contributions CDT 32

Le renouvellement du genre policier sur la scène anglaise et américaine contemporaine

Le « polar » dans sa forme romanesque, télévisuelle et cinématographique connaît depuis longtemps un franc succès populaire et critique alors même que le théâtre policier semble souffrir d’une réelle désaffection. Le théâtre est en effet le grand absent des ouvrages consacrés au genre policier tandis que l’appellation même de « théâtre policier » s’avère problématique, ne faisant figure que de collocation malheureuse, empruntée au genre canonique qu’est le roman policier.

Est-ce à dire que le genre policier n’a pas sa place sur la scène de théâtre ? Le whodunit, c’est-à-dire l’intrigue policière dans sa forme la plus traditionnelle, a pourtant bien connu son heure de gloire dans les années 1940 et semble encore aujourd’hui susciter l’engouement du public, comme en témoigne l’éternel succès de The Mousetrap d’Agatha Christie, jouée à Londres depuis 1952. Le théâtre policier serait-il alors uniquement synonyme d’un théâtre de variétés dont les motifs éculés expliqueraient l’approche souvent parodique qui en est proposée aujourd’hui ?

Nombreux sont pourtant les dramaturges anglais et américains contemporains à renouveler le genre, le déclinant par exemple sous une forme métathéâtrale (The Real Inspector Hound, 1968, Tom Stoppard), éthique (Orphans, 2009, Dennis Kelly), politique (Three Kingdoms, 2013, Simon Stephens) ou encore métaphysique (Suicide in B flat, 1976, Sam Shepard), pour ne citer que quelques exemples.

Ce numéro de coup de théâtre s’intéressera au dépoussiérage du genre qui s’opère sur la scène anglaise et américaine contemporaine, permettant à cette forme obsolète de s’épanouir au-delà des frontières du West End ou de Broadway.

Le volume de Coup de théâtre accueillera des articles explorant les pistes suivantes :

– La réécriture des genres canoniques que sont le whodunit et le roman noir (hardboiled fiction).

– La distinction entre culture populaire et culture des élites, highbrow et lowbrow, et l’appartenance du théâtre policier à l’une ou l’autre de ces catégories.

– La distinction entre roman, film et théâtre policier en termes d’esthétique et de réception.

– La spécificité nationale ou au contraire le brouillage des frontières entre thriller « à l’américaine » et mystery play « à l’anglaise ».

– L’influence de l’esthétique cinématographique. On pense par exemple au travail de la compagnie anglaise Punchdrunk ou à An Inspector Calls (mis en scène par Stephen Daldry au National Theatre en 1992 et repris en 2016) dont la scénographie emprunte à l’esthétique du film noir.

– Le renouvellement du genre à l’aune du développement des nouvelles technologies et de la réalité virtuelle (à l’instar de The Nether de Jennifer Haley joué aux Etats-Unis en 2013 avant d’être repris au Royal Court à Londres puis dans le West End).

– Les passerelles entre théâtre policier et un autre genre populaire qu’est la comédie musicale (que l’on constate par exemple dans City of Angels,1989, de Cy Coleman et David Zippel qui rend hommage au film noir des années 1940).

 

Merci d’adresser vos propositions d’article (500 mots max.) accompagnées d’une courte biographie avant le 31 mai 2017, aux deux responsables de publication :

Susan Blattès (Université Grenoble-Alpes) : susan.blattes@univ-grenoble-alpes.fr

Aloysia Rousseau (Université Paris-Sorbonne) : aloysia.rousseau@orange.fr

Les articles, de taille maximale de 40 000 signes et rédigés en français ou en anglais, devront être envoyés aux directeurs de publication au plus tard le 30 septembre

Bien cordialement,

Susan Blattès et Aloysia Rousseau

Publicités

Offre de Stage : Maison du film court

www.maison-du-film-court.org.jpgLa MFC recherche un stagiaire à partir du 12 décembre 2016 ou début janvier 2017.

Dans le cadre de ses projets de développement, elle propose ponctuellement des stages conventionnés d’une durée de 2 mois maximum.

Les missions de chaque stagiaire seront définies en fonction des besoins de la structure mais également des centres d’intérêt et domaines de compétence du candidat: assistanat de direction, coordination des comités de lecture, aide à la conception de supports de communication, participation à l’organisation de projection de films, intendance et logistique des formations…

En participant de l’intérieur à la vie de notre association, le stagiaire pourra bénéficier d’une approche concrète et pragmatique des métiers du cinéma et du secteur du court métrage. Il ne s’agit pas néanmoins d’un stage technique sur un tournage mais plutôt de taches administratives.

Si cela vous intéresse, merci d’adresser rapidement vos cv et lettre de motivation (mentionnant la période à laquelle vous souhaitez réaliser votre stage) par mail à richard@maison-du-film-court.org et à marie@maison-du-film-court.org. Merci d’indiquer dans le sujet de votre message « Stage MFC » .

NB: Tous profils bienvenus, mais vous devez être étudiant(e) afin que votre intervention puisse être contractualisée par une convention de stage.
Sachez néanmoins que nos statuts nous interdisent d’accueillir au sein de notre équipe des personnes mineures. Il est donc inutile de postuler en ce cas précis.

Attention : toute demande de contrat de professionnalisation ne pourra pas être prise en compte.

Bien à vous,
L’équipe de la MFC

www.maisonfc.org

https://www.facebook.com/MaisonFC

Appel à soutien: « Théâtres du Réel en Angleterre et en Ecosse des années 50 à nos jours »

 
capture-decran-2016-11-18-a-11-44-02
Notre amie Danielle Mérahi nous annonce la mise en chantier de son livre Théâtres du Réel en Angleterre et en Écosse des années 50 à nos jours aux éditions L’Entretemps, qui finance le projet via le site de financement participatif kisskissbankbank.
Voici le lien qui vous permettra d’apporter une contribution, si vous le souhaitez : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/edition-du-livre-theatres-du-reel
Nous lui souhaitons bonne chance et attendons avec impatience la sortie de son livre.

CONGRÈS SAES (2-3-4 juin 2106, Lyon)

Dans le cadre du congrès de la SAES qui se tiendra cette année à Lyon du 2 au 4 juin 2016, l’atelier « Scènes anglophones : histoire et théorie » travaillera sur le thème choisi par les organisateurs :  « confluences ».

La problématique invite réfléchir à toutes les modalités de l’hybridité : l’intertextualité, l’inscription de l’autre ou de l’étranger dans la langue, les moments choriques au théâtre, ou encore, mais la liste est loin d’être exhaustive, la manière dont le théâtre travaille aux limites du genre (entre théâtre et masque, entre théâtre et performance par exemple, entre théâtre et installation, entre théâtre et comédie musicale ou encore entre théâtre et opéra/danse/cirque).

Programme SAES 2106

Atelier Scènes anglophones : histoire et esthétique / RADAC

Jeudi 2 juin 2016 (3h) : 16h00-19h00

– Samuel Cuisinier-Delorme (Université de Clermont II) : Théâtre élisabéthain et scène contemporaine : à la confluence de l’art et de l’histoire

– Segurado-Nunes Livia (Doctorante, Aix-Marseille) : How Anthropophagy enabled Brazilian theatre to devour Shakespeare

– Anna Street (Doctorante Paris-Sorbonne et Kent) : Theater and the Question of Ethics: Investigations into the field of Performance Philosophy

– Susan Blattes (Grenoble) : Les musical comedies sur la scène contemporaine

Vendredi 3 juin 2016 (1h30) : 9h00-10h30

– Christine Kiehl (Lyon 2) : Le Cas Blanche-Neige de Howard Barker :  Un conte noir pour créatures de music-hall ? 

– Marie Pécorari (Paris-Sorbonne) : Art/film/theatre: medium-specific games and confluences in Tim Crouch’s work. 

Samedi 4 juin 2016 (3h) : 9-10h30; 11h-12h30

– Leila Haghshenas (Doctorante Montpellier 3) : Confluences et divergences dans The Hotel de Leonard Woolf

– Alexandra Poulain (Lille 3) : Queer dramaturgies in Ireland

– Virginie Girel (Lille 3) : ‘The time is out of joint’: intertextualité et performance dans The Dreaming Dust de Denis Johnston.

– Eleonore Obis (Paris-Sorbonne) : La Mer, de Bond, à la Comédie Française

Synthèse et clôture

Atelier SAES

Atelier Scènes Anglophones au Congrès de la SAES
(Toulon – 4/6 juin 2015)


Responsables: Elisabeth Angel-Perez (Paris-Sorbonne) et Susan Blattès (Grenoble 3)

 

Jeudi 4 juin
15h30 -18h30 :

  • Marianne Drugeon (Montpellier 3)

Shaw et Wilde et la question de l’engagement

  • Anna Street-Steff (Paris-Sorbonne)

Comedy and Politics in Harold Pinter’s Early Plays

  • Adeline Arniac (Montpellier 3)

« Because they die in our name »: responsabilité et engagement dans Party Time de Harold Pinter

  • Magali De Block (Paris-Sorbonne)

Howard Barker et le parti pris du non-engagement.

 

Vendredi 5 juin
9h – 10h30 :


  • Cyrielle Garson (Avignon)

Le théâtre verbatim

  • Jeanne Schaaf (Paris-Sorbonne)

La scène engagée écossaise (titre à préciser)

 

Samedi 6 juin
9h30 – 12h30 :


  • Laetitia Pasquet (Paris-Sorbonne)

Le retour du théâtre épique et la mise en scène du réchauffement climatique (Mike Bartlett’s Earthquakes in London, Steve Waters’ The Contingency Plan)

  • Julien Alliot (Paris-Sorbonne)

L’engagement dans l’Autre

  • Valentine Vasak (Paris-Sorbonne)

Gay playwrights/ Straight unions: Albee ou le mariage mis en mots.
Synthèse Elisabeth Angel-Perez et Susan Blattes

 

 

Publication d’un nouveau numéro de Coup de Théâtre

cdths4HORS SERIE – 2014

VARIATIONS CONTEMPORAINES AUTOUR DE SHYLOCK

Un Coup de Théâtre hors série, intitulé Variations contemporaines autour de Shylock, vient de paraître. Il contient deux pièces traduites pour la première fois en français. Un entretien des auteurs, Julia Pascal et Arnold Wesker, complète ce numéro.

Vous pouvez le commander au prix unitaire de 20 euros. Les frais de port sont offerts aux membres de RADAC à jour de leur cotisation. Pour commander, télécharger le bon de commande sur notre site Internet.

Avant-propos
Susan BLATTES (p. 5)

Introduction
Anne ÉTIENNE et Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 7)

Arnold Wesker, Shylock
texte français d’Anne ÉTIENNE  et Raymond GARDETTE (p. 13)

Julia Pascal, Le Marchand de Venise : La Pièce de Shylock
texte français d’Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 113)

Interview between Arnold Wesker and Julia Pascal
conducted by Anne ÉTIENNE for RADAC (p. 205)

Traduction française de l’entretien entre Arnold Wesker et Julia Pascal.
Texte français d’Anne ÉTIENNE et Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 229)