Publication : ‘Le cinéma de Jim Jarmush : Un monde plus loin’

capture-decran-2016-12-15-a-18-54-08

Cher(e)s ami(e)s de Radac,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du livre Le cinéma de Jim Jarmush, un monde plus loin, de notre amie Céline Murillo (Le corps revisité de l’Histoire américaine de l’Ouest dans Dead Man de Jim Jarmush, Coup de théâtre N°23, 2009, Rythmes du corps) aux éditions de l’Harmattan (http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=51949)
 

Chaleureuses félicitations à elle !

LE CINÉMA DE JIM JARMUSCH _UN MONDE PLUS LOIN_

CÉLINE MURILLO

C’est à travers une analyse poussée de sa filmographie que cet ouvrage
montre comment le réalisateur américain Jim Jarmusch éloigne le
spectateur du monde, en parvenant à créer une distance qui lui permet
de changer son regard. L’auteur met ici en avant les questions
politiques sur le travail, la désindustrialisation ou encore l’anomie
soulevées par ses films. Plus encore, c’est au-delà du détour
esthétique que Jarmusch parvient à s’adresser au monde intime du
spectateur, interrogeant sa solitude et sa difficulté à être soi.

Collection Champs visuels
EAN : 9782343096780 * 302 pages
Prix éditeur : 28 EUR
Voir la fiche de ce livre [2]

Céline Murillo est Maître de conférences à l’Université Paris
13. Elle travaille actuellement sur le cinéma américain indépendant
et underground. Elle a publié des articles sur Jim Jarmusch mais aussi
sur le cinéma de Robert Frank, ou encore sur les Indiens dans les
westerns. Elle a co-dirigé le numéro 136 de la RFEA, « What about
Independent cinema ? », ainsi qu’un numéro de la revue Itinéraires,
« Transtextualistations. Quels outils théoriques ? ».
————————-

TABLE DES MATIÈRES

PREMIERE PARTIE. À LA SURFACE DE L’IMAGE

CHAPITRE 1. UNE IMAGE INTRAVERSABLE

1. Un œil neuf : Jarmusch, cinéaste des matières

2. Des personnages à la surface de l’écran : frontalité

3. Écrans noirs

CHAPITRE 2. LES PERSONNAGES COMME VOYANTS

1. Regards à la dérive : le travelling

2. Le regard du touriste

3. Témoins retranchés de l’action

4. Lucidité

DEUXIEME PARTIE. JARMUSCH ET SES REFERENCES

CHAPITRE 3. LE MONDE DEUX CRANS PLUS LOIN : PERSONNAGES RÉCEPTEURS

1. Petits écrans ou le spectateur au miroir

2. La lecture ou le rêve d’une autre réception pour le cinéma

3. Bulle musicale

CHAPITRE 4._ GHOST DOG_ : COMMENT S’AUTORISER À CITER

1. Empathie et citation

2. Citer pour se donner une autorité : _Hagakuré_

3. Citer pour disqualifier : la violence des dessins animés

4. La citation comme clef de lecture du texte

5. Ré-citation ludique : de _Betty Boop_ à _Woody Woodpecker_ PAGEREF
_Toc334176047 h

CHAPITRE 5. MOTIFS ET INTERTEXTUALITÉ : LA FIGURE DU SAMOURAÏ

1. Samouraï : histoire/motif/figure de Melville à Jarmusch

2. Du _Samouraï_ à _Ghost Dog_ : geste créateur et retour à la
Figure

3._ Kisan _et invisibilité

4. Oiseaux et espaces

5. Ennemis dramatiques ou épiques

CHAPITRE 6. LE GENRE COMME CADRE DE RÉFÉRENCE _DEAD MAN _ET LE
WESTERN

1. Pluralité des genres ou appartenance exclusive

2. _Dead Man_ est-il un western?

3. Jim Jarmusch et le genre

4. La révision du western

TROISIEME PARTIE. AUTO-REFERENCE, REPETITIONS

CHAPITRE 7. NARRATIONS À RÉPÉTITION

1. Linéarité

2. _Mystery Train _un exemple de forme répétante

3. Sketches

CHAPITRE 8. RÉPÉTITION DE MOTIFS

1. Répétition nue : comique, rituel, apprentissage

2. Variations d’Allie et d’Elvis : la répétition vêtue

3. Répéter pour voir le monde autrement

CHAPITRE 9. LES RYTHMES DE JARMUSCH

1. Rythmes visuels : damiers, barreaux, bouleaux

2. Rythmes sonores : le _beat_

3. Rythmes sonores : la boucle

QUATRIEME PARTIE. QUESTIONS JARMUSCHIENNES

CHAPITRE 10. LE DOUBLE : ENTRE LA RENCONTRE ET L’IDENTITÉ

1. La symétrie comme écrin de la rencontre

2. Double et personnage : position du problème

3. Deux personnages pour une seule représentation

4. Un personnage, deux représentations : fantasmes et portrait

5. Deux représentations pour un seul duo : « You are not I »

CHAPITRE 11. L’ENNUI : LE CINÉMA DE JIM JARMUSCH EST-IL
ANARCHO-PUNK ?

1.: « Ne travaillez jamais »

2. La machine

3. L’absurde comme solution du problème

CHAPITRE 12. LA MÉLANCOLIE DU CINÉMA DE JARMUSCH

1. Étrangeté à l’espace américain

2. Mélancolie et communication : divorce avec le monde

3. Retours et remariages avec le monde : utopies mélancoliques

Conclusion. Le monde, un peu plus loin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s